Enquête sur la violence faite aux enfants et aux jeunes en Côte d’Ivoire. L’Université Peleforo GON COULIBALY accueille un panel sur les résultats

 

« La violence est-elle un acte d’éducation des enfants et des peuples ? ». C’est autour de ce thème qui questionne notre modernité contemporaine que ce panel s’est déroulé le 28 octobre 2021, à l’amphithéâtre C de l’Université Peleforo GON COULIBALY de Korhogo.

C’est en lien avec le Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant (MFFE), à travers son Programme National de prise en charge des Orphelins et autres Enfants rendus Vulnérables du fait du VIH/SIDA/PN-OEV, que l’UPGC a organisé ce jeudi 28 octobre 2021, un panel de dissémination des résultats de l’enquête VACS (Violence Against Child Survey). Cette cérémonie qui avait pour cadre l’amphithéâtre C de l’UPGC a enregistré la présence effective du Président de l’Institution, le Professeur COULIBALY Adama, et ses proches collaborateurs, du Directeur Régional du Ministère de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, M. YAPI, représentant Madame la Ministre Nassénéba Touré, de la représentante de la Directrice du Programme national PN-OEV, Mme ASSI et sa délégation, d’enseignants-chercheurs et chercheurs, de PAT et d’étudiants. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la restitution des travaux de l’enquête diligentée conjointement par le Ministère de la Famille, de la Femme et de l’Enfant et le Gouvernement américain en 2018. Par ailleurs, en accord avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, cette activité à l’UPGC marque l’étape d’une mission itinérante de sensibilisation et de vulgarisation des résultats de cette enquête auprès des Universités Publiques de Côte d’Ivoire. Dans son adresse, le Président de l’UPGC, le Professeur COULIBALY Adama, a exprimé toute sa joie d’abriter cette activité au sein de son Institution avant de traduire le traditionnel « FOTAMANA » du peuple sénoufo à la délégation du Ministère de la Famille, de la Femme et de l’Enfant. « Pour vous rassurer que nous sommes en phase, sachez que l’UPGC abritera la Journée nationale de la non-violence en milieu universitaire les 26 et 27 novembre 2021 en vue d’œuvrer à la consolidation d’un campus pacifié en Côte d’Ivoire. » s’est-il exprimé. Pour clore son intervention, il a relevé la pertinence du thème de la cérémonie du jour en invitant tous les acteurs à mener la réflexion en vue d’endiguer le mal. A sa suite, au nom de Madame Nassénéba TOURE, Ministre de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, M. YAPI a salué l’apport des enseignants-chercheurs et chercheurs à la réussite de cette enquête qui facilitera, a-t-il ajouté, la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de droits des enfants. Poursuivant, il a engagé tous les acteurs à œuvrer avec le ministère pour éradiquer toutes les formes de violences faites aux enfants, à travers la mise en pratique des résultats de cette enquête. Au terme des allocutions, Mesdames YAPI et KOUA ont présenté à tour de rôle les résultats de l’enquête. Les chiffres sont inquiétants qui interpellent et invitent à une prise de conscience collective pour changer les habitudes et atteindre des résultats probants. L’objectif majeur de cette cérémonie était de faire connaître les résultats de la recherche et faciliter leur utilisation pour des prises de décisions éclairées pouvant améliorer l’efficacité des interventions pour lutter contre les violences faites aux enfants et aux jeunes. Par ailleurs, quatre (04) panélistes dont trois (03) issus de l’UPGC (Dr GOIN Bi, Dr AMOUSSOU, Prof. KARAMOKO Tiéba) et Mme ZON Sarah du Lycée Félix Houphouët Boigny, ont abordé des sous-thèmes en lien avec le thème générique pour permettre aux participants de mieux cerner les contours de la violence faite aux enfants.  A la fin du panel et des échanges qui s’en sont suivis, il était primordial que les acteurs de l’UPGC jouent pleinement leur rôle dans la recherche de solutions aux problèmes sociaux. Dans son adresse de clôture, le Président de l’UPGC s’est dit satisfait de la qualité des échanges et souhaité une synergie d’actions dans la mise en œuvre des résultats de cette enquête. Le Professeur COULIBALY Adama a également invité la communauté universitaire à plus d’ardeur et d’abnégation dans la résolution des problèmes sociaux et surtout ceux liés aux violences faites aux enfants.

Source : SERCOM

Photos : Zaho Jérome

DSC 4241

DSC 4243

DSC 4254

DSC 4283

DSC 4342

DSC 4359